Black Movie 20-29.1.17

Sections

 

100% Cinéma

Abracadabra, comme par magie, ce sont 116 films triés sur le volet qui vous sont proposés, fruits juteux de notre prospection cinématographique 2017. A la fois sombres et lumineux, comme l’illustre notre visuel crépusculaire qui dévoile lorsqu’on l’éclaire des palmiers sur une plage presque déserte.
Le thème récurrent que nous avons vu émerger film après film, est - quelle surprise ! - l’abus de pouvoir sous toutes ses formes contre lequel les réalisateurs ont engagé la lutte (Black Power ?). La bonne nouvelle, c’est que, paradoxalement, l’humour est loin d’être aux abonnés absents.
On s’intéressera aussi à la génération (dé)connectée du troisième millénaire ainsi qu’à la sexualité déclinée au pluriel, on pourra suivre les réalisateurs chéris du Festival et leurs nouveaux opus puissants et se rendre au Petit Black Movie pour découvrir ses courts métrages merveilleux et ateliers inédits (dès 2 ans).
Des collaborations sont également à l’affiche que ce soit avec le Mapping Festival pour une réflexion en deux temps sur l’internet, le musée international de la Croix-Rouge pour un parcours humanitaire, le Conservatoire populaire de musique, danse et théâtre pour un Ciné-concert exceptionnel ou encore le Festival International du film de Rotterdam (IFFR Live) pour un raout numérique avec 45 autres salles de cinéma en Europe. Trois rencontres permettront d’approfondir encore les réflexions déclenchées dans les salles obscures.
Et c’est à Blackingrad, territoire nocturne et festif, voïd obscur et élégant, que les noctambules seront happés vers de folles nuits avec concerts originaux et DJ décalés. Cette édition s’ouvre sous le parrainage d’un passeur de cinéma hors pair, Rui Nogueira, l’homme au chapeau qui fut à la tête du CAC-Voltaire pendant 33 ans et qui a inoculé à de nombreux spectateurs le virus de la cinéphile.
Que commence l’orgie d’images et de sons qui va vous entraîner dans un tourbillon esthétique, physique et intellectuel pendant 10 jours ! Vive le cinéma !

Kate Reidy & Maria Watzlawick