Festival international
de films indépendants
Genève
17.01-
26.01.2020

Conférences

La planète, état des lieux et esquisse de nouveaux récits

Fonction : Cinéma
lundi 20.01.2020
19:00
entrée libre

Conférence du Pr. Dominique Bourg, philosophe et professeur à la Faculté des géosciences et de l’environnement, UNIL

Effondrements. Aujourd’hui, nous vivons une accélération du dérèglement climatique et une inaction qui pourraient nous conduire vers un scénario de planète étuve, menaçant les conditions d’habitabilité. Ceci implique des températures maximales flirtant avec les 50° en 2050, une association chaleur/humidité qui rendrait de vastes zones inhabitables, un affaiblissement de nos capacités de production alimentaire, etc. Nous assistons par ailleurs à l’effondrement du vivant, particulièrement des populations d’insectes (perte de 78 % des arthropodes en 10 ans), et nous nous heurtons aux limites de la croissance, à la déplétion des ressources, à la montée des inégalités sociales et aux imminentes crises financières et énergétiques.
En prolongement des récits des films Halte (Lav Diaz) et Jallikattu (Lijo Jose Pellissery), Dominique Bourg dressera un état des lieux en insistant sur l’interface climat/vivant et sur le rôle primordial des récits dans l’élaboration du changement nécessaire à l’émergence d’un nouveau paradigme.

ANNULÉ
 Pedro Costa Masterclass 

Fonction : Cinéma
mercredi 22.01.2020
18:30
entrée libre

A l’occasion de la diffusion du film Vitalina Varela, une masterclass sera consacrée à Pedro Costa.

Tourner chaque plan comme si sa vie en dépendait. Cette urgence de saisir le réel se retrouve dans les corps, les visages, les gestes, les peaux, les voix des femmes et des hommes que Pedro Costa filme. Une grande partie de ses films dépeint, sous une forme quasi-documentaire, le quotidien des marginaux·ales et des immigré·e·s des quartiers populaires de Lisbonne. La rencontre avec cet environnement urbain et humain se ressent dès Ossos (1997) qui raconte l’errance dramatique d'un couple et d'un bébé dans les rues du quartier de Fontainhas, à la périphérie de Lisbonne. Puis, lorsqu’il documente le quotidien de Vanda Duarte avec une petite caméra numérique dans le film Dans la chambre de Vanda (2001) dont la réalité des conditions de tournage, sont déterminées par les conditions d’existence. Dans son dernier film Vitalina Varela (2019), il filme l’obscurité somptueuse d’un quartier, traversé par des corps d’hommes, que Vitalina Varela tente de rebâtir. Encore une fois, comme si sa vie en dépendait.

SOS MEDITERRANEE est de retour en mer, car il y a urgence

Fonction:Cinéma
jeudi 23.01.2020
19:00
entrée libre

Conférence de Caroline Abu Sa’da, directrice de l’association SOS MEDITERRANEE Suisse

En août 2019, SOS MEDITERRANEE a repris la mer avec son nouveau navire, Ocean Viking. Depuis, ses équipes ont pu sauver plus de 1’000 personnes qui tentaient de fuir la Libye sur des embarcations de fortune. Lors de cette conférence, Caroline Abu Sa’da reviendra sur la recherche de ce nouveau navire - successeur de l’Aquarius dont l’affrètement a cessé en décembre 2018 suite à des campagnes de harcèlement administratif, juridique et politique. Elle présentera également la situation en mer, où les moyens de sauvetage continuent à manquer et le taux de mortalité explose.

Depuis 4 ans, plus de 20’000 personnes sont mortes noyées en Méditerranée en tentant la traversée. Créée en 2015 et basée en Suisse, en France, en Allemagne et en Italie, SOS MEDITERRANEE est une association de citoyen·n·es mobilisé·e·s pour secourir celles et ceux qui fuient la Libye pour sauver leur vie. Entre 2016 et 2018, l’association a secouru 29’523 personnes avec le navire Aquarius. Elle a reçu plusieurs distinctions dont le Prix Unesco Houphouët-Boigny 2017 pour la Recherche de la Paix.

Femmes, islam et intégrisme religieux

Fonction:Cinéma
vendredi 24.01.2020
19:00
entrée libre

Table ronde en présence de la Dre. Mallory Schneuwly-Purdie, sociologue au Centre Suisse Islam et Société, UniFR ; Navid Mahmoudi, réalisateur de Seven and a Half.

Modération : Dre. Monika Salzbrunn, Chaire "Religions, Migration, Diasporas", UNIL

La question « Femmes et islam » suscite des interrogations, des assertions d’ordre moral variées et soulève le débat, en particulier au regard de l’actualité de certains pays. Ce métadiscours est souvent accompagné d’idées reçues, d’essentialisme et rarement ancré dans ses réalités sociales et politiques. Plusieurs films du programme de Black Movie pallient cela. Ancrés dans différents contextes, ils exposent la même question : les droits et contraintes des femmes dans des pays musulmans.

A partir de ces œuvres, les invités de la table ronde discuteront des enjeux liés à la question des femmes et de l’islam. Comment les rapports de genre sont-ils définis par l’islam ? Comment s’expriment les identités féminines dans les pays musulmans ? Quelles sont les incidences de la montée de l’intégrisme religieux pour elles ? Quelles voies peuvent-elles emprunter dans ces contextes ?

Masterclass Malek Bensmaïl

Fonction:Cinéma
samedi 25.01.2020
18:00
entrée libre

Masterclass animée par Michel Amarger, journaliste, critique, spécialiste des cinématographies africaines, en présence de Malek Bensmaïl, réalisateur des films de la section Malek Bensmaïl : Algérie(s)

Né en 1966 à Constantine, Malek Bensmaïl réalise très tôt des films en Super 8. En 1988, il part faire des études de cinéma à Paris, puis affine son talent aux studios Lenfilm à Saint-Pétersbourg.
Parfois décrit comme un réalisateur citoyen, Malek Bensmaïl utilise le cinéma du réel comme outil de réflexion, d’échanges culturels et bouscule les esprits.
Concentré sur l’histoire de son pays, il expose et explore la réalité complexe de l’Algérie d’aujourd’hui et par là même, questionne les grandes problématiques de nos sociétés contemporaines : identité, rapport modernité-tradition, nationalisme, intégrisme, résistance, mécanismes du pouvoir, etc.

Par son regard aiguisé, son approche audacieuse et une certaine finesse intellectuelle, il parvient à faire du film documentaire un enjeu de démocratie et de mémoire pour son pays.

A l’occasion de sa rétrospective Malek Bensmaïl : Algérie(s), le Festival Black Movie propose de revenir sur l’œuvre engagée et analytique du cinéaste.