Petit Black Movie pour adulte

Du cinéma pour adulte déniché lors du travail de programmation du Petit Black Movie, avec ses ivrognes cousus main, son homme à tête de steak, son bébé touriste soiffard ou encore son garçon à l'âme de loup. Une belle brochette de personnages vivant dans des sphères mentales et formelles à la lisière du bon sens, présentés dans ce programme au souffle imaginaire puissant. Ce programme est également l’occasion d’inaugurer une collaboration avec la médiathèque du FMAC (Fonds d’Art Contemporain de la Ville de Genève) qui nous propose d’entamer un dialogue démoniaque placé sous le signe des enfers.

Les films de la section PETIT BLACK MOVIE POUR ADULTE sont projetés tous ensemble en un seul programme d'une durée de 79' minutes.

A Wolf in the Tree
Jiaxing Lin

Dans une forêt, un petit chaperon rouge est attiré et effrayé par le loup. Le loup est tenté mais ne veut pas lui faire de mal. Sur une plage, un homme en désire un autre, mais lequel est le chaperon et lequel est le loup ?


Amour impossible

2012
Chine
10'
QT
ss dialogue

Théâtre de l'Usine

17.01.2014 - 21h30
18.01.2014 - 19h00
26.01.2014 - 21h30

Breakfast on the Grass
Erik Alunurm

Des ivrognes vacillent sur leurs pieds d'étoffe, alors que le Boléro de Ravel crache sa litanie au cœur de la forêt si belle dans sa lumière d'été.


Ballet textile

2011
Estonie
5'
QT
ss dialogue

Théâtre de l'Usine

17.01.2014 - 21h30
18.01.2014 - 19h00
26.01.2014 - 21h30

Ham Story
Eliska Chytková

Dans cette ville de livre de contes, on aime le cochon ! Ses habitants s'adonnent sans retenue à une débauche charnelle et culinaire.


Elucubration bouchère

2012
Rép. tchèque
6'
QT
ss dialogue

Théâtre de l'Usine

17.01.2014 - 21h30
18.01.2014 - 19h00
26.01.2014 - 21h30

Ketsujiru Juke
Sawako Kabuki

Techno-caca-fluo ! Techno-caca-fluo ! Techno-caca-fluo ! Indolore et rythmé !


Animation fluorescente

2013
Japon
3'
QT
Vo st ang

Théâtre de l'Usine

17.01.2014 - 21h30
18.01.2014 - 19h00
26.01.2014 - 21h30

Las palmas
Johannes Nyholm

Dans un bar des Baléares, un bébé à nichons s'encanaille et se vautre dans les plaisirs beaufs du tourisme de masse.


Carte postale

2011
Suède
13'
QT
ss dialogue

Théâtre de l'Usine

17.01.2014 - 21h30
18.01.2014 - 19h00
26.01.2014 - 21h30

M.O.
Jakub Kouril

A défaut d'avoir un bonhomme réel sous la main, une vieille dame se fait livrer un mari en kit. Manquerait-il une pièce ?


Do it yourself

2012
Rép. tchèque
7'
QT
ss dialogue

Théâtre de l'Usine

17.01.2014 - 21h30
18.01.2014 - 19h00
26.01.2014 - 21h30

Meat
Ivan Mirko Senjanovi

Un homme-steak vit sa vie de barbaque avant l'arrivée inéluctable de la poêle à frire et du feu impitoyables.


Carpe Diem

2011
Croatie
7'
QT
ss dialogue

Théâtre de l'Usine

17.01.2014 - 21h30
18.01.2014 - 19h00
26.01.2014 - 21h30

Musical Chairs
Du Yukai, Tang Ya

Lorsque la musique s’arrête, l’élimination est définitive. Mais qui du cerf, du sanglier ou de l’humain va remporter la partie ?


Jeu meurtrier

2012
Chine
4'
QT
ss dialogue

Théâtre de l'Usine

17.01.2014 - 21h30
18.01.2014 - 19h00
26.01.2014 - 21h30

Oracle is Born
Rao Heidmets

Dans un enfer où tout le monde se fait écorcher vif, un couple glamour tente de sauver sa peau.


Course poursuite infernale

2011
Estonie
13'
QT
Vo st ang

Théâtre de l'Usine

17.01.2014 - 21h30
18.01.2014 - 19h00
26.01.2014 - 21h30

Pandy
Matús Vizár

Le panda serait l'animal le plus adaptable, n'était sa libido déficiente...


Epopée darwinienne

2013
Slovaquie, Rép. tchèque
11'
QT
ss dialogue

Théâtre de l'Usine

17.01.2014 - 21h30
18.01.2014 - 19h00
26.01.2014 - 21h30

Dialogue Infernal avec le FMAC
ANTOINE ROEGIERS / ELVIS STUDIO

(Fonds d’Art Contemporain de la Ville de Genève)
Vernissage le jeudi 16 janvier à 18h
Exposition du 16 au 26 janvier 2014
Du lundi au dimanche de 11h à 18h

La Médiathèque présente en dialogue avec le programme du Petit Black Movie pour adultes, Les Sept Péchés Capitaux d’Antoine Roegiers et Elvis Battleship II d’Elvis Studio. Ces deux œuvres, issues d’univers différents (la peinture de Pieter Brueghel d’une part, la bande dessinée et la culture populaire de l’autre), offrent au dessin un même traitement spectaculaire, une forme de discontinuité narrative et un sentiment de perte, où se confondent visions cauchemardesques et humour.